Turkménistan

Les principales attractions du Turkménistan: photos et description

Pin
Send
Share
Send
Send


Un État étonnant situé en Asie centrale a une longue histoire depuis le deuxième millénaire avant notre ère. Depuis octobre 1991, le Turkménistan s'est retiré de l'Union soviétique et a acquis le statut d'État indépendant. Aujourd'hui, cet État laïc est le seul au monde à offrir à ses citoyens une limite à la libre utilisation du logement et des services collectifs.

Pendant longtemps, sous le règne de Niyazov, le Turkménistan était un pays fermé soumis à une dure dictature du pouvoir et ce n'est que dans la seconde moitié du deux millième, avec le changement de cap politique, que la direction du tourisme s'est à nouveau développée.

Grâce à sa culture distinctive, qui n’est pratiquement pas exposée aux tendances occidentales, de nombreux objets appartenant à la nation ont survécu dans le pays, y compris trois sites sur la Liste du patrimoine mondial:

  • L'ancienne ville de Parfnis.
  • Les ruines de la ville de Merv.
  • L'ancienne ville de Kunya-Urgench.

La liste des sites de visite recommandés comprend:

Cratère de gaz "Portes de l'enfer"

Officiellement, le cratère formé par les activités des géologues soviétiques est appelé Darwaza, du même nom du village à côté duquel il se trouve. Un vide souterrain rempli de gaz a été découvert lors du forage de puits d'exploration au 71 du XXe siècle.

Après l'incendie criminel, il était prévu que le gaz s'éteigne complètement au bout de quelques jours, protégeant ainsi la population locale des vapeurs nocives, mais pendant près d'un demi-siècle, l'incendie ne s'est pas éteint avant une minute. La taille du cratère est impressionnante: 60 mètres de diamètre et près de 20 mètres de profondeur. Le village lui-même, qui a donné son nom au cratère "démoniaque", a été démoli en 2004.

Hôpital souterrain dans la grotte de Bakharden

La grotte, située au pied du système montagneux de Kopetdag, à 120 kilomètres de la capitale, fut largement connue au 18ème siècle.

En raison du microclimat spécial, la température de l'eau du lac situé dans la grotte est constante, de 36 à 37 degrés environ, saturée d'un certain nombre d'éléments chimiques qui ont un effet bénéfique sur le corps humain. Dans les années soixante du siècle dernier, la grotte était électrifiée et aménagée pour les touristes.

Musée national du tapis turkmène (Ashgabat)

Depuis des siècles, le Turkménistan est réputé pour sa production de tapis et, dans le but de préserver les glorieuses traditions de 1993, ce musée a été créé dans la capitale du pays, qui n’a d’ailleurs aucun équivalent au monde.

Numérotation des expositions du musée environ 2000 tapis, y compris le plus petit et le plus grand tapis fait main du monde, couvre une superficie de plus de 5 000 mètres carrés.

Musée d'Etat du Turkménistan

Le plus grand musée du pays est situé à Ashgabat sur l'avenue Archabil. À la fin de 2000, le musée a fait l'objet d'une reconstruction à grande échelle, de nouveaux bâtiments ont été ajoutés et la superficie totale de l'ensemble du complexe était d'environ 15 mille mètres carrés. Le fonds général du musée comprend plus de 130 mille pièces. Le musée est fermé le mardi.

Cirque d'Etat turkmène (Ashgabat)

La particularité du bâtiment réside dans sa structure sans support et son revêtement écaillé. Construit pendant les années soviétiques, en 2008-2009, le cirque a subi un processus de reconstruction et sa capacité actuelle est de 1 700 sièges. Pendant sept années, de 2001 à 2008, les arts du cirque, ainsi que le ballet et l'opéra, ont été interdits par décret personnel du président du pays.

Théâtre de marionnettes turkmène

Dans la capitale, sur l'avenue Garashsyzlyk, se trouve l'unique théâtre de marionnettes du pays avec un répertoire d'environ 40 pièces. Le bâtiment, construit dans le style traditionnel, dans la première moitié de la deux millième année accueille un total de jusqu'à 500 spectateurs.

L'ancienne ville de Merv

Les ruines de la ville antique sont situées à trente kilomètres de la ville moderne de Marie. Les premiers colons de la région de l'oasis de Merv ont commencé à apparaître au tournant du troisième et du deuxième millénaire avant notre ère et, au début de notre ère, Merv était devenue l'une des principales villes du royaume de la Parthe.

La ville a connu une seconde vie après les conquêtes arabes au VIIe siècle, atteignant sa plus grande floraison vers le milieu du XIIe siècle, lorsque le sultan Sanjar en fit la capitale des Seljukides. Après la destruction par les Mongols en 1221, Merv perdit finalement sa grandeur et tomba peu à peu dans la négligence.

Depuis la fin du XIXe siècle, des fouilles archéologiques ont été menées sur le site de la ville antique, qui ont permis de découvrir

  1. La citadelle d'Erk-Kala.
  2. Règlement Gyaur-Kala.
  3. Settlement Sultan Kala.
  4. Citadelle Shahriyah-ark.
  5. Mausolée de Muhammad-ibn Zeid.
  6. Règlement Abdullah Khan.

Kunya-Urgench

Une petite ville de 37 000 habitants seulement a une histoire millénaire, vieille de plusieurs siècles. La date exacte de la fondation de la ville n'est pas connue, mais les ruines de la plus ancienne forteresse "Kyrkmolla" remontent à 2-5 siècle avant JC.

Au cours de son histoire séculaire, la ville a été soumise à la destruction et à la renaissance à plusieurs reprises, à l'instar du mythique oiseau Phoenix. Cela a continué jusqu'au 15ème siècle, lorsque le lit de la rivière Amudarya n'a pas changé de direction, forçant les habitants à quitter ces lieux pendant de nombreuses années.

Ce n’est qu’en 1831, lors de la construction du canal d’irrigation Khan-Yab, que le quartier de Köneürgench a commencé à se peupler de nouveau. Les premiers travaux archéologiques ont été commencés à la fin des années vingt du XXe siècle. À cette époque, la plupart des monuments de l'Antiquité avaient été complètement ou partiellement détruits. Au total, il existe plusieurs dizaines de monuments sur le territoire de Kunya-Urgench, qui ont une grande valeur historique et religieuse.

Ruines de Nisa

La ville antique, fondée par les Parthes au 3ème siècle avant JC, est située près du village de Bagir, à dix-huit kilomètres de la capitale du pays.

Au cours de sa longue histoire, Nisa a connu plusieurs hauts et bas. À partir du XVIe siècle, la vie dans la ville mourut peu à peu et, au début du XIXe siècle, la ville était finalement devenue des ruines.

CSC "Alem"

La structure unique, construite au début de la deuxième décennie du 21ème siècle, est située à Ashgabat et a une hauteur de 95 mètres. À l'intérieur du centre se trouve la plus grande roue fermée du monde.

Arc neutre

Par ordre personnel du premier chef d'État à la fin des années 90 du siècle dernier, ce monument a été érigé sur la place centrale du pays.

La structure à plusieurs niveaux de 95 mètres est installée sur un mécanisme qui assure la rotation de l'ensemble de la composition dans la direction du mouvement du soleil, de sorte qu'une rotation complète ait lieu autour de son axe en 24 heures. En 2011, l'arc de la neutralité a été complètement démantelé à l'ancienne place et a été transféré sur l'avenue Bitaral Turkménistan.

Monument à la constitution

Le deuxième bâtiment le plus haut du Turkménistan est situé à Ashgabat, du côté nord de la route Archabil. Le monument bordé de marbre a une hauteur de 185 mètres et, jusqu'à la construction de la tour de télévision Ashgabat, il était le plus haut bâtiment du pays.

Mosquée Ertogrulgazy

La plus grande mosquée de la capitale a été construite entre 93 et ​​98 ans dans le style ottoman classique. Dans le même temps, la mosquée peut s'intégrer à ses murs. jusqu'à 5000 personnes.

Mosquée Turkmenbashi Ruhi

La plus grande mosquée au monde à dôme unique, avec une capacité de 10 000 personnes Il a été construit au début des années 2000 dans le village de Kipchak. La superficie totale de la mosquée est 18 000 mètres carrés. La hauteur du bâtiment principal est de 55 mètres, celle des minarets de 91 mètres.

Pin
Send
Share
Send
Send